Le cancer peut secouer les patients et familles et les faire couler sous la vague du tsunami de larmes, de peurs, d’angoisses et de douleurs.

Certaines malades ont décidé de prendre le cancer par stupéfaction. Avec humour. Le rire, un traitement adjuvant contre les petits coups de blues.  

C’est l’histoire de Noémie Caillault, une jeune  femme qui réussit l’exploit de faire rire sur un sujet grave tiré de sa propre expérience. L’annonce du cancer à 27 ans, a bouleversé sa vie et sa féminité. Elle raconte son vécu des moments très douloureux, la perte des cheveux, la relation avec les garçons... Comme pour beaucoup d’autres femmes...

Sur scène, elle parle de cette boule dans le sein gauche, de ses peurs, de ses pleurs, de ses bagarres… A l’émotion, elle parvient à ajouter le rire !

Débordante d’énergie, d’humour. Elle se moque de cet envahisseur agressif, du destin et d’elle-même. Seule en scène, elle fait le récit d’une cohabitation entre son enthousiasme à toute épreuve et la violence de la maladie.

Lien: extrait de la pièce de théâtre ''Maligne''

Béatrice Maillard-Chaulin est l'auteur d'un ouvrage original. Elle y raconte avec humour et dérision sa lutte contre " Marcel ", le nom qu'elle a donné à son cancer du sein (cet intrus qui s'attaque à son " lolo ").

Le livre est né, Béatrice,prise par le jeu de prendre des notes des ''incidents'' passés pendant les traitement et les thérapies, consultations.

Elle parle d'un cancer qui s'est introduit dans sa vie comme un intrus. Pour mieux le matérialiser, elle décide de lui donner un nom et de le mettre en scène. L'ennemi était ainsi clairement identifié, le ring était en place. La guerre pouvait donc commencer. Elle utilise la seule arme à sa portée, l'humour.

Se cramponner aux choses drôles permet souvent de ne pas trop faire attention aux autres sujets, parfois assez durs à supporter

Lien: journal d'un sein

Face au cancer ces femmes ont adopté un esprit de certains écrivains comme

Victor Hugo

Faire rire, c’est faire oublier.
Quel bienfaiteur sur la terre, qu’un distributeur d’oubli ! 
ou

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

<< je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer >>ou

Rhonda Byrne

Le rire attire la joie qui libère de la négativité.

Une situation délicate certes, qui néanmoins allège les malades et leurs proches,mais surtout qui permet de transformer la maladie en créations brillantes pleines d'espoirs.

De bons moments ...
 

Humour et prévention Cancer du sein

Oui,on peut rire du cancer du sein et oui ,aussi les campagnes de prévention utilisent l'humour maintenant ,en espérant sensibiliser le plus de femmes possible!

Voici une de beaucoup de campagne de prévention qui vous fera rire ou sourire ...

 


 

 

 

 

 

Comment